close
close

TOP des applis anti-gaspi

Selon les projections des Nations-Unies Ouverture dans une nouvelle fenêtre, nous serons bientôt 9,6 milliards de personnes à partager les ressources de notre planète. Couplée à la problématique du gaspillage alimentaire et ses nombreuses retombées sur les populations en situation de précarité, cette projection de l’ONU nous interroge sur notre capacité à relever le défi. Si les ménages doivent être à l’avant-garde des efforts, les professionnels du foodservice sont également appelés à faire de cette « contrainte » une préoccupation permanente, au quotidien, en mobilisant tous les outils à leur disposition. D’aucy vous propose un petit tour d’horizon des meilleures applications anti-gaspi à adopter dès 2018 !

#1 Pour écouler ses invendus

Une Fourmii Verte

Les équipes de la startup passent deux heures avant la fermeture pour récupérer les invendus et les revendre auprès des « noctambules » avec une rétro-commission versée à votre restaurant (20% du prix de vente fixé par la startup). Une carte de votre établissement est mise sur chaque produit pour que le client puisse identifier sa provenance. L’application est téléchargeable ici Ouverture dans une nouvelle fenêtre.

Cette application développée par une startup française récupère les menus et plats qui peuvent l’être. « Deux heures avant la fermeture de l’établissement, nous appelons le propriétaire pour savoir s’il aura des invendus », explique Virgile Martinez, co-fondateur de cette jeune pousse grouillante. Les produits récupérés sont ensuite livrés aux travailleurs de nuit, entre autres. Pour se faire livrer, le client envoie « J’ai faim » sur Facebook Messenger pour recevoir instantanément les plats disponibles. Les produits non-écoulés sont offerts aux associations à la fin du service.

Too Good to Go

Vous saisissez le nombre de rations que vous pouvez céder en fin de journée sans en préciser le contenu. Les utilisateurs de Too Good to Go Ouverture dans une nouvelle fenêtre se déplacent à votre restaurant pour récupérer ces « paniers-surprises » vendus entre 3 et 4 €, avec une commission de 1 € pour la startup sur chaque unité vendue.

L’appli trouve des preneurs pour les produits invendus des commerces et des restaurants avant qu’ils ne baissent leurs stores. En cédant les portions non consommées via l’application, les restaurateurs sont assurés de trouver des débouchés grâce à une base de données tenue à jour en temps réel. Too Good To Go a été téléchargée 1,2 million de fois en Europe et aux Etats-Unis depuis son lancement en 2015. L’entreprise se targue d’avoir sauvé 10 000 repas de la décharge rien qu’en novembre dernier. « C’est aussi l’opportunité de découvrir un bon repas surprise à petit prix tout en participant à la réduction du gaspillage alimentaire. Comme quoi, un petit geste peut faire un grand bien », peut-on lire sur le site de l’application.

#2 Pour calculer l’empreinte écologique de ses plats

Etiquettable

Cet éco-calculateur Ouverture dans une nouvelle fenêtre spécialement pensé pour les restaurateurs permet de calculer l’empreinte écologique de chaque plat. Dans la version gratuite, sont pris en compte les ingrédients, leur poids, la provenance des produits et le mode de conservation. Chaque recette se voit alors attribuer une « note environnementale » que vous pouvez afficher à vos convives. L’algorithme de calcul est basé sur les données de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Dans sa version « utilisateur », Etiquettable fournit une carte interactive qui permet de géolocaliser les restaurants qui proposent les plats les plus respectueux de l’environnement.

#3 Pour mieux gérer ses stocks

Zenchef

Ce système de réservation intelligent Ouverture dans une nouvelle fenêtre aide à mieux doser les assiettes en fonction de l’appétit de ses clients (via un système de notation sur des fiches préétablies) et à éviter le no-show grâce à l’empreinte bancaire (et donc à prévenir la perte de produits frais achetés mais non commandés). En somme, Zenchef mobilise toutes les informations disponibles pour aider le restaurateur à mieux ajuster ses stocks.

#Bonus : tour du monde des applications anti-gaspillage

USA : MintScraps Ouverture dans une nouvelle fenêtre traque le gaspillage dans les cuisines

Elle fait déjà des émules outre-Atlantique… mais aussi en Thaïlande. Cette application permet aux restaurants de suivre et contrôler en temps réel leurs déchets alimentaires. Ils peuvent ainsi identifier les problèmes liés au gaspillage et engager les ajustements nécessaires. L’application comprend un classement sur la base des efforts déployés par les restaurants pour réduire le gaspillage alimentaire dans leur ville. Une manière astucieuse d’inciter les professionnels à améliorer la gestion des denrées à l’échelle locale. La startup éditrice de MintScraps affirme qu’elle a aidé ses clients à économiser plus de 860 tonnes de déchets alimentaires.

Inde : « No Food Waste » Ouverture dans une nouvelle fenêtre nourrit 2 800 personnes chaque jour

Pour des raisons démographiques évidentes, l’Inde est un pays pionnier de la lutte contre le gaspillage alimentaire à la fois sur le plan gouvernemental, mais aussi grâce à un écosystème entrepreneurial dynamique. No Food Waste Ouverture dans une nouvelle fenêtre permet chaque jour à des milliers d’Indiens de se nourrir du surplus de nourriture collecté auprès des hôtels et des restaurants. Les équipes de No Food Waste Ouverture dans une nouvelle fenêtre collectent la nourriture et la redistribue aux sans-abri, aux bidonvilles, aux orphelinats, aux personnes âgées, etc. Les utilisateurs qui souhaitent faire un don direct sans passer par un intermédiaire peuvent également utiliser une « map de la pauvreté » pour définir les « points noirs alimentaires ». L’application exige une nourriture préparée dans les deux heures précédant sa distribution.

Royaume-Uni : FoodCloud Ouverture dans une nouvelle fenêtre en chef d’orchestre

Les restaurants peuvent utiliser FoodCloud Ouverture dans une nouvelle fenêtre pour inviter les organismes de bienfaisance à venir récupérer les surplus de nourriture disponibles. Les organisations intéressées sont informées au jour le jour sur le type et le volume de la nourriture proposée. Les heures de collecte sont définies conjointement pour palier les contretemps de disponibilité. Avec près de 1 200 entreprises et quelque 3 600 organismes de bienfaisance enrôlés, FoodCloud ne cache pas ses ambitions européennes.

facebook-DFS-cta