21/02/2022

La coopérative : une piste à suivre pour acheter du Bio français !

La transition biologique imposée par EGalim est loin d’être évidente pour les chefs et les acheteurs de la restauration collective. Ils doivent non seulement référencer du Bio mais aussi opter pour des produits locaux de qualité, disponibles et sûrs.

 

Durant la crise sanitaire, fermetures et confinement obligent, les achats de produits bio ont diminué (1) en restauration collective. Malgré tout, EGAlim se met en place progressivement et impose depuis le 1er janvier 2022, 20% d’achat de produits biologiques dans les approvisionnements des restaurants collectifs. 

La dernière étude de l’agence bio montre qu’EGalim devrait générer un marché de 1,4 milliards d’euros de produits biologiques. Mais il faut aussi que ces produits soient de préférence français. Le sourcing n’est pas simple pour les acheteurs ou les chefs car les circuits de distribution traditionnels ont tendance à proposer du bio européen voire international plutôt que des produits français. Alors, dans l’hexagone quels sont les fournisseurs qui peuvent répondre à ces critères, tout en garantissant disponibilité et sécurité sanitaire ?

Privilégier la coopération agricole, porte-drapeau de l’alimentation durable

En France, la Coopération Agricole existe depuis plus d’un siècle ! C’est un modèle particulièrement intéressant pour la restauration collective. En effet, il s’attache à respecter les critères recherchés par les chefs pour respecter la loi Agriculture et Alimentation. On recense environ 2 300 coopératives agricoles et agro-alimentaires, principalement des TPE et PME. Elles représentent une marque alimentaire sur 3, rassemblent 3 agriculteurs sur 4 et emploient 190 000 salariés (2).

Mais saviez-vous qu’environ 550 coopératives, unions et filiales sont engagées dans les filières agricoles et agro-alimentaires biologiques ?
Elles réalisent 70% de la collecte bio en grandes cultures et 40% de la collecte laitière en bio. Et elles sont totalement impliquées dans la promotion des signes de qualité et dans la traçabilité alimentaire. Sans compter que leur modèle respecte les territoires et les agriculteurs qui les exploitent, puisque l’horizon du modèle coopératif repose sur le long terme ! Ici, pas question de rémunérer des actionnaires financiers ! L’objectif est d’assurer un avenir professionnel aux agriculteurs, qui sont aussi des sociétaires de ces entreprises plus équitables.

La-coopérative-une-piste-à-suivre-pour-acheter-du-Bio-français-daucyfoodservice-2

d’aucy foodservice, une coopérative à la pointe sur l’offre bio

L’exemple de d’aucy foodservice, qui appartient au groupe agro-alimentaire coopératif breton Eureden, est particulièrement intéressant pour comprendre comment une coopérative peut accompagner durablement la restauration collective dans sa transition écologique.
Créée il y a plus de 50 ans par des producteurs, agriculteurs et éleveurs, d’aucy foodservice est un fournisseur alimentaire de légumes et de produits d’œufs de qualité pour la restauration. Par l’intermédiaire de ses marques d’aucy et Cocotine, d’aucy foodservice propose des produits français et assure leur traçabilité du champ à l’assiette.
Concernant les produits Bio, d’aucy a été précurseur en lançant des gammes issues de l’agriculture biologique dès 2008. La coopérative accompagne et soutient ses agriculteurs-coopérateurs pour qu’ils développent des cultures bio. A ce jour, une centaine d’agriculteurs, sociétaires de la coopérative, ont achevé leur transition. Et cette démarche co-construite avec eux se poursuit, car d’aucy foodservice entend garantir à la restauration collective la disponibilité dont ils ont besoin pour nourrir dans de bonnes conditions leurs convives. 

Pour proposer des produits bio, il faut être capable de présenter toutes les certifications requises. La coopérative offre cette garantie car elle fait appel à des bureaux de contrôle indépendants et agréés. Ce sont eux qui s’assurent que les productions répondent à la réglementation européenne. Chaque étape, du champ à l’assiette, est contrôlée, vérifiée et agréée. 

Accompagner la transition biologique

Se convertir au bio nécessite un investissement financier pour les agriculteurs car la transformation s’étend sur plusieurs années (3 ans pour les cultures pérennes). Entreprendre une telle démarche peut s’avérer complexe, notamment en raison de possibles aléas climatiques. Pour accompagner les agriculteurs, d’aucy foodservice fournit un soutien financier et des conseils pour éviter les répercussions négatives d’une mauvaise récolte sur l’activité économique. Des techniciens de cultures, formés par la coopérative, proposent les meilleures pratiques à mettre en œuvre, à travers des rencontres ou des solutions techniques. Le fait d’appartenir à un groupe coopératif comme Eureden est un atout pour les agriculteurs. Les échanges d’informations sont facilités, notamment lorsqu’il s’agit de pratiques validées car déjà mises en œuvre et qu’il est possible de déployer sur l’exploitation. Un procédé qui a fait ses preuves et qui garantit aux acheteurs de la restauration collective de la disponibilité, une traçabilité sans faille et une totale sécurité sanitaire. Enfin, d’aucy foodservice, avec ses deux marques d’aucy et Cocotine, dispose de l’une des plus larges gammes de produits bio pour élaborer des menus sains et goûteux.

Pour en savoir plus sur notre gamme de légumes Bio d’aucy, téléchargez notre plaquette !

CTA-fiche-gamme-BIO-campagne-tokster

(1) Etude Agence BIO 2021 – Les Chiffres 2020 du secteur Bio 

(2) La Coopération agricole